la france


Gouvernance et organisation

 

Depuis 2014, deux départements ministériels sont explicitement compétents en matière de tourisme : le ministère chargé des affaires étrangères et le ministère chargé de l’économie.

 

Le ministère chargé de l’Economie, outre le tourisme social, est plus particulièrement chargé du suivi des différentes professions composant le secteur, des investissements (hors investissements étrangers) et de l’animation du cadre juridique ainsi que des relations avec l’UE. Le ministère chargé des Affaires étrangères est plus particulièrement responsable de la promotion du secteur à l’étranger, de l’implantation et du développement à l’international des entreprises françaises, du parcours des touristes (visas, accueil, connectivité internationale, sécurité, etc.) et des partenariats internationaux.

 

Depuis juillet 2016, une instance de coordination, présidée par le Premier ministre, assure la cohérence des travaux de tous les départements concernés : le Conseil interministériel du Tourisme (CIT). Il permet de mobiliser les différents départements ministériels autour de chantiers prioritaires, comme la formation, l’investissement, le numérique ou la promotion. Il se réunit tous les 6 mois et aborde des thématiques précises et définies à l’avance.

La France, première destination touristique mondiale

 

Avec près de 87 millions de visiteurs étrangers accueillis en 2017, la France est la première destination touristique mondiale. Le tourisme constitue un secteur clé de l’économie française : il représente plus de 7,1% du PIB et deux millions d’emplois directs et indirects.  Le taux de départ en voyage des Français est de 73,1 % en 2016. Ils ont réalisé 194,8 millions de voyages pour des motifs personnels, dont 68,7 % en France métropolitaine.

 

Les  études portant sur le secteur touristique en France sont réalisées ou publiées par les organismes officiels nationaux suivant :

  • DGE (Direction générale des entreprises),
  • INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques),
  • Banque de France.

Au regard des enjeux du secteur du tourisme, l’Etat a fait du tourisme une priorité de son action. Il a fixé l’objectif d’atteindre 100 millions de touristes internationaux accueillis et 50 milliards d’euros de recettes touristiques à l’horizon 2020. Ces objectifs devraient créer 300 000 emplois supplémentaires sur l’ensemble du territoire, en métropole comme en outre-mer. 


Les six domaines prioritaires de l'action gouvernementale

 

L’attractivité de la destination France repose non seulement sur la qualité de la promotion, mais aussi sur la richesse de son offre dans tous les domaines : culture, patrimoine matériel et immatériel, vitalité de la création artistique, industries culturelles et créatives, langue, art de vivre... Le Gouvernement entend renforcer cette attractivité, en prenant et en soutenant des mesures concrètes dans six domaines prioritaires :

 

  1. La qualité de l’accueil et la sécurisation des sites, facteurs essentiels de satisfaction et de fidélisation des touristes. L’amélioration de l’accueil passe, par exemple, par la rapidité en matière de délivrance des visas. L’effort en faveur de la qualité se traduit, notamment, par la modernisation et la promotion de la marque d’Etat Qualité TourismeTM.
  2. La structuration de l’offre touristique, pour attirer un nombre croissant de touristes internationaux sur l’ensemble du territoire, y compris en Outre-mer. Cette action suppose la structuration de certaines filières (éco-tourisme, par exemple) mais aussi la poursuite de l’expérience des « contrats de destination », qui constituent le moyen de faire travailler ensemble tous les acteurs concernés par l’offre d’un territoire.
  3. Le soutien en matière d’investissements, volet fondamental de la stratégie du Gouvernement pour améliorer la qualité de notre offre et favoriser une meilleure connectivité. Cette action passe par une meilleure mobilisation des fonds d’investissement mis en place.
  4. La formation et l’emploi : domaines clés de la qualité de l’offre de services et facteur important de lutte contre le chômage, compte tenu du nombre significatif d’emplois créés grâce au développement du tourisme.
  5. Le soutien à la numérisation et au partage d’information : pour renforcer la compétitivité de la filière face à la concurrence mondiale. Cette action comprend le développement du projet DataTourisme (qui agrège des données touristiques et les livre en open data), l’appui au réseau d’incubateurs France Tourisme Lab… et la modernisation du dispositif d’intelligence économique Veille Info Tourisme.
  6. L’accès aux vacances pour le plus grand nombre, notamment pour les personnes en situation de handicap. Ceci constitue non seulement un enjeu de société mais aussi un facteur de la compétitivité des destinations. Cette politique résolue en faveur de l’accessibilité passe notamment par la modernisation et la valorisation des marques d’Etat « Tourisme et Handicap » et « Destination pour tous ».